Sidor som bilder
PDF
[subsumed][ocr errors][ocr errors][merged small]

ce qui pourroit nuire à l'exécytion d'un arrangement, 1801 qu'il a la volonté de faire observer religieusement, venoit de donner l'ordre de rendre à leur première destination ces bateaux pêcheurs. Le Commissaire ajoute : que la convention touchant la neutralité des pêcheurs étant ré. ciproque, le Gouvernement François auroit pu temoigner, avec autant de justice des appréhensions touchant l'emploi des pêcheurs Anglois; qu'il auroit pu .croire avec quelque fondement, que ces hommes étant sujets à la presse, ont été envoyés à Portsmouth ou Plymouth, on que leurs bateaux ont servi à porter dans ces ports

des munitions et des viyres, et que par la même raison - il auroit pu ordonner la failie de leurs personnes et de

leurs propriétés, Enfin il proteste contre le retard ap-
porté à la communication des ordres de S M. d'exercer
des boftilités contre les pêcheurs, se reseryant de ré
clamer avec jostance, le renvoi de ceux qui auroient été
pris avant que ces ordres n'eossent été connus sur les
côtes de France, M Sin's in. ; . '
,' Il envoya copie de cette lettre au Citoyen Talleyrand
dans une depêche du 14 Pluviôje (3 Fevrier 1801) de la
suivante teneur, .. . :::! ... .. . ..

.

[subsumed][merged small][subsumed][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Lettre du Le Ministre des relations extérieures, au Citoyen Otto,
Yand an

à Londres. Paris, le 27 Pluviose (16 Fevr.) ang.
U Lonur.

Citoyen, le premier Consul, qui a eu connoiffance de votre lettre du 1o de ce mois et des pièces incluses, me charge de vous faire savoir que vous ayez à quitter Londres, et à repasser en France. En vous retirant, vous adrefferés au Gouvernement Britannique une note dans laquelle vous vous exprimerez ainsi:

Le foussigné ayant donné communication à fon Gouvernement, de la déclaration du Ministere Britan.

nique,

[ocr errors]
[ocr errors]

nique, qui annonce que les pêcheurs feront poursuivis
et capturés comme tous les autres bâtimens engemis,
déclaration en vertu de laquelle plusieurs barques et
bateaux pêcheurs ont déjà été enlevés, le premier Consul
a considéré que fi d'une part cet acte du Gouvernement
Britannique, contraire à tous les usages des nations
civilisées, et au droit common qui les régit, même en
tems de guerre, donnoit à la guerre actuelle un ça.
sactère d'acharnement et de fureur qui détruisoit jug-
qu'aux rapports d'usage daos une guerre loyale, de
l'autre il étoit impossible de ne pas reconnoitre que cette
conduite du Gouvernement Anglois ne tendoit qu'à

exaspérer davantage, les deux nations, et à éloigner - encore le terme de la paix ; qu'en conséquence le sous

figné ne pouvoit plus refter dans un pays où non seule-
ment on a abjuré toute disposition à la paix, mais où
les loix et les usages de la guerre font méconnus et
violés. Le soussigné a done reçu l'ordre de quitter
l'Angleterre, où son séjour le trouve de tout point in-
atile; et il eft chargé en même tems de déclarer que
le Gouvernement François ayant eu toujours pour pre-
mier defir de contribuer à la pacification générale, et
pour maxime d'adoucir autant que possible les maux de
la guerre, ne peut songer pour la part å rendre de mi-
sérables pêcheurs vi&times de la prolongation des hofti.
lités, qu'il s'abstiendra de toutes représailles, et qu'il
a ordonné, au contraire, que les bâtimens François, armés
en guerre ou en course, continuassent à laifler la pêche -
libre et sans atteinte,

Signé: CH. M. TALLEYRAND.

Cependant peu après que ces ordres furent parvenus au Citoyen Otto celui - ci recut de la part du Transportoffice la lettre suivante en reponse à celle qu'il lui avoit adressée le 13 Pluvióle (2 Fevrier).

...

office an

Otto.

Traduction d'une lettre de M. le Capitaine George au Lettre du Citoyen Otto, Transport - office d a heures après-midi portante

3 Mars 1801. Monsieur Depuis que j'ai eq le plaisir de vous voir ce matin, [ j'ai été informé, que le Sécrétaire d'état a recommandé

T3

is

aux

''T80T aux Lords de l'Amirauté, de fuspendre l'exécution de

** l'ordre donné pour capturer les bateaux pêcheurs jusqu'à
ce que Sa Majefté puiffe être consultée à ce sujet.
J'ai l'honneur d'être &c. :

Signé: GEORGE.
s Pour traduction in

mi';, , Signé: Orre *** Cette déclaration determina C. Otto à prolonger fon" séjour en Angleterre, et le Gouvernement Français manifefta fön defir de maintenir l'arrangement pris 1800. à l'occafion suivante. " i Non obstant la déclaration de la France de laiffer la pêche fans atteinte, un armateur de Dunkerque informé de ce que les Anglais avaient remis en vigueur leur ordona nance, de 1798 s avisa de saisir quatre pêcheurs Anglais, ainsi qu'on le voit par la suivante lettre. . i

[ocr errors]

mariti. me do

Lettre des Lettre écrite par le Citoyen Dupont, Armateur de Dun. pont au kerque au préfet maritime à Anvers, en date du préfet ,

13 Ventose an 9. (4 Mars 1801. dngers. * Citoyen préfet, le Capitaine Joly, Commandant

le Corsaire le Petit - Dunkerque ; dont j'ai fait l'armement en ce port, a pris quatre pêcheurs Anglois. Un des quatre navires est arrivé à Fleslingue ; je ne connois: encore le sort des trois autres. Une convention para ticulière et tacite entre les denx Gouvernemens avoit

fufpendu momentanément les hostilités contre les pê' cheurs; les Anglois l'ont rompue les premiers. Le

Capitaine Joly, en capturant ces quatre navires de pêche,
a usé, aux termes de fa lettre de marque, du droit de
la guerre et de celui des represailles. Il avoit été in- ,
ftruit pendant fa, relâche à Oftende, que les Anglois
avoient pris des pêcheurs, de ce Port ; il ignoroit que
notre Gouvernement avoit cru de la dignité de donner
au Gouvernement Anglois un rare exemple de generosité
en lui déclarant, que l'injustice du prétexte, dont il se
fervoit pour arrêter les pêcheurs François, ne changeroit
rien à la détermination de ne pas troubler la pêche An-

gloise,

« FöregåendeFortsätt »