Sidor som bilder
PDF

pour tous les traiiés de commerce qu'elle conclut dans ha fuite. L'approbation générale avoit fait, des prin. cipes fur lesquels uitroepofuit, lune espèce de code des Dations; c'étoit en même tems le code de l'humanilé. Vinsérêt commun en garantisfait le maintien et l'-xécution.

* Níais peut-être a-t-on trop négligé de donner à cés principes une nouvelle Caration, a cutte époque cù , une grande puissance étant venue à re diffondre, preso; que toutes les autres éprouvérent la fatale influence de cette dillolution ; où la majeure partie des liens politic ques furent rompus, *du "prirent une autre direction par on effet de la guerre qui ne tråda pas à s'allumeris guerre fi differente de toutes celles qui l'avoient prés . cédée, et dont les évènements fi' moltipliés et fi extraor. dinaires détruisirent toutes les combinaisons antérieures. L'attention étang absorbée par Guis evenemens d'un in. térêt fi éminent, on de pouvoit apporter tous les soins ; nécessaires au-maintien de ces stipulations salutaires ; d'un :'. antre côté, la jukice des puissances belligérantes auroit du presenter un moyen de garantie et les puissances neutres, qui avoient cette contiapce, croyoient avoir fuffisamment afluré la liberté, de la navigation et du commerce, pour qu'elle fût au moins refpectée par It's gouvernemens ; légitimes, lorsqu'un nouvel incident a prouvé, jusqu'à guel point peut être expusée l'independance des courons nes, di, on ne rétablit pas les principes et les maximes. qui seuls peuvent servir de bafes, pendant cette guerre, A la tranquillité et à la sûreté des paillances neutres. nel Le 13(25) Juillet dernier, une Frégate Angloise rena.. contra , à l'entrée du Canal, ure Frégite Dandite , qui convoyoit dans différens ports plusieurs bâtmenis de fa Datian, Le Capitaine Danois, sur la déclaration qu'ib d'avait à bord aucun object de consebande, s'étant opposé à la vifite de son vaiffe ait, fut attaqué et con . traint de céder à la supériorité, de force. On le conse' duifit, ainsi que son convoi, dans les ports d'Angleterre. . Epic Le premier loin de Sa Maj. Danoise, l'ami et l'allie , de Sa Maj. l'Empereur de toutes les Ruffies.. fuc- de, faire part à ce dernier souverain de cet évèrement, et de le confulter: pour savoir sous, quel jour devoit êrre envisagée cette violation manifefte du droit des gens .!, et des principes de neutralité qui formoient la base du traité de commerce du Danemarc avec la Rullie. i Supplem. T. II.

Quois

Aa

[graphic]

el Quoisque Sa Maj. Imp. ne puille jusqu'à ce moment qu'être convaincue qu'une telle violation sera hautement désapprouvée par Sa Maj. Britannique; et quoique Sa Maj, aime à croire que l'équité de Sa Maj. Britannique le la portera non seulement à refuser son approbation à celo qui s'est passé, mais encore à donner à la Cour de Da-B nemarc une satisfaction proportionnée à l'insulte; cependant Sa Maj. Imp. pour prévenir à l'avenir de tels actes de violence, reconnoit la neceffité de rétablir les bases de la neutralité, à la faveur de laquelle fes sujets, ainsi que ceux des puissances neutres, puiflent jouir des fruits de l'industrie et de tous les avantages des pations neutres, sans être exposés à l'avenir à des mesures arbitriaires qu'aucune des puissances belligérantes ne pourra se permettre impunément contre elles. H7

Comme il ell de l'intérêt "évident de Sa Maj. Imp., tant par raport à la navigation de ses propres sujets qu'aux nations les plus voisines de ses ports, de mettre à l'abri de pareilles aggressions ou violences, les mers qui baignent les côtes de Ruffie, elle invite les puiffances qui ont des ports dans ces districts, et particolièrement L. Maj. les Rois de Pruffe, de Danemarc et 6 de Suède, d'accéder avec Sa Maj. Imp. aux mesures de qu'elle leur proposera succeflivement, pour rétablir dans Wait toute leur force les principes de la Deutralité armée, et par affärer ainsi la liberté des mers. Sa Maj. annonce en el même tems à ces souverains, par la présente déclaration, qu'elle emploiera toute la force qui s'accorde avec la dignité pour soutenir l'honneur de son pavillon et de celui de ses alliés, pour garantir leurs sujets de toute violation des droits consacrés par tous les peuples, en et leur procurer, fous la protection de leurs gouvertemens respectifs, tous les avantages qui naissent de la liberté du commerce et de la navigation **Sa Maj. Imp. également animée des fentimens de juftice et d'impartialité, déclare, que tandis qu'elle établira une régle pour l'exacte observation des droits de neutralité, elle ne portera atteinte à aucun deux, et que les mesures qu'elle adoptera dans la sagefie, dia rigeront la conduite de ses officiers commandans.ee fujets, d'après les principes de la plus févére équites et de telle manière, que les puissances belligerante mêmes ne pourront s'empêcher de recopnoitre la

[ocr errors]
[ocr errors]

ceflité de les dispofitions, et la pureté bienfaisante 1800 de les vues.oni.

i

i . ii iin :) Le Miniftre de Sa Maj. Iropériale adresse, par ordre de fon souverain, la présente déclaration, à Son Exc. Mr. la Baron de Steding, Ambassadeur, extraordinaire de Sa Maj. le Roi de Suède, en le priant d'en donner immédiatement, communication à la cour.

-
Signé: Le Comte de RosTOPsIn.

PSIN. O
Le Comte de PANIN.

[ocr errors][ocr errors][subsumed][subsumed][ocr errors][ocr errors]
[graphic]
[ocr errors]

men

7 Nov. Extrait de la Gazette de la Cour de St. Petersbourg s í le 7 Novembre 1800.13

L'on a été informé, que l'Isle de Malte, qui avoit été jusqu'ici entre les mains des Français, s'est renduë aux Troupes Angloises: Cependant jysqu'ici il n'est pas connu, fi le réglement fait ici à ce sujet le 30 Dec cembre 1798 à été rempli; sçavoir, qu'après la prile de cette Isle elle feroit rendue à l'Ordre de St. Jean de Je rusalem, dont l'Empereur de toutes les Ruflies est le Grand - Maitre. En confequence il a plu à Sa Majefte Impériale, pour inaintenir les droits, d'ordonner que dans tous les ports de son Empire, il feroit mis un Emas bargo sur tous les vaisseaux Anglais, qui pourroient so trouver, jusqu'à ce que les engagemens de cette con vention aient été parfaitement remplis.

Ordrecht 0034QUAL

alle auto solo
*) m. Recueil T. VII. p. 466.
**) Ce qui des conventions entre ces deux puissances a tran

dans le public ne renferine rien qui appure cette preten
voyés l'alliance du 29 Décembre 1798, à la quelle on

rapportait en Russie, dans mon Recueil T. VII, p. 318.
+) Traité de 1756. Art. X11 Traité de 1797. Art. XII.

[ocr errors]

Ordre de S. M. t Empereur de Ruffie relatif à lEm 1800 bargo sur "les vaisseaux Anglais (de la Gazette de 18 Nov.

la Cour). Petersbourg le 18 Novembre.

L'équipage de deux vaisseaux, Anglais dans le port de Narva aiant, à l'arrivée de la force militaire deftinée à les mettre aux arrêts, en conformité de l'Embargoidea cerné, fait resistence, dechargé ses pistolets et coulé à fond un pavire Ruffe et ensuite lévé l'ancre et pris la fuite, Sa Maj. Impériale a jugé à propos d'ordonner qu'on bâtiment qui étoit resté encore dans ce port fut brulé.

St. Petersbourg le 21 Novembre. ; En consequence des avis, reçus de Palerme, de la part du Chambellan actuel Italinskoj relativement à la . prise de Malte, il a plu à l'Empereur de faire remettre . aux membres du Corps Diplomatique residant à la Cour, .. une potē, fignée du Miniftre Prelident au Département , drs Affaires étrangères Comte Roftopt(chin et du Vice. '; , Chancelier Comte Panin de la teneur suivante.

"Sa Maj. l'Empereur de toutes les Ruffies a reçu, relativement à la reddition de Malte des informations circonstanciées, par lesquelles il se confirme, que, malgré i les représentations réitérées, faites tant de la part de Son Miuiftre à Palerme que du Ministère de S. M. Sicilienne, les Commandants Anglais ont pris possession de La Valette et de l'Isle de Malte au nom de Sa Majefté le Roi de la Grande-Bretagne, et qu'ils y ont arboré, de Pavilion à Ï'exclusion de tous autres. Sa Majesté

justement irritée d'une pareille, violation de la bonne . : lui, a résolu en conséqnepce de ne pas lever l'Embargo , mis sur tous les navires Anglois dans les Ports de la Russie, avant que les ftipulations de la Convention con. " cluë en 1798 n'aient forti pleinement leur effet,”

Presqu'à la même époque l'Espagne s'efforça d'aug. menter encore le mécontentement qui regnuit en Suède -. de Sujet de la conduite tenue par les vaijj'aux Anglais, en le plaignant auprès de la Cour de Stockholm d'un stro. fagème, contraire aux loix de la guerre, dont les Anglais auraient usé contré elle sur la rade de Barcelone, en abuJant du pavillon Suédois pour se faisir de deux Frégattes Ipagnoles ; Elle exigea de la Suède de preffer la Cour,

Аа 3

d'A1 .!

« FöregåendeFortsätt »