Sidor som bilder
PDF
ePub

1830 the different Proviuces remaining still united under the Sovereignty of the same Prince.

Under these circumstances, it will not be expedient for His Majesty's Government to attempt to do more than to state, for your guidance, the general views which they take of this important subject, and to express the lively interest which His Majesty must naturally feel in the result of the pending discussions at The Hague.

The object of the Allies in constituting the Kingdom of The Netherlands, by the Treaties of 1814, and 1815, was two - fold. They were desirous of conforming the happiness and prosperity of the Kingdom, under the rule of a Constitutional and Independent Sovereign; and they endeavoured, to the same time, to establish a secure barrier against the effects of any revolutionary convulsions, or of a spirit of encroachment on the part of France. ... 1. There appears to be no good reason why alterations in the Fundamental Law, demanded by the general interests of the Kingdom, and effected to a legal manner, should meet with any objection from the Allied Powers. It never should have been intended by the Allies to prevent these internal changes and ameliorations, which experience and the course of events should have shewn to be necessary for the prosperous administration of the Country. On the contrary, it must be their desire, that the convocation of the States - General of the King, for the purpose of considering this subject, may lead to a result which shall be equally satisfactory to His Majesty and to his People. At the same time it must be admitied, that the Powers who were Parties to the. Treaties, by which the establishment of the Kingdom of the Netherlands was defined and regulated, may properly examine the expediency of such particular alterations of the Fundamental Law as may change the nature, or diminish the efficacy, of that security which it was their object to provide, as well for their own States as for Europe, by the Stipulations of the Treaties to which I have referred. As affecting this object, the Allied Courts might also have a right to object to any new settlement brought about by force or menace, or in which means should have been employed which are at va

riance with the principles of the Constitution, and of 1830 the engagements into which they have mutually entered.

· But without dwelling longer upon supposed cases, your Excellency will have no difficulty in communicating to the Minister of the King of The Netherlands, a just impression of the general sentiments of His Majesty's Government. It is impossible to pronounce any specific opinion, or to furnish you with precise Instructions, unless the propositions to be considered shall be placed more intelligibly before us. Should the Government of The Netherlands have formed any plan, or have adopted any decision connected with these important subjects, it will no doubt be communicated to your Excellency, and you will lose no time in transmitting it for the information of your Government. I am etc.

ABERDEEN.

III. .
Note adressée au Comte d'Aberdeen par le
Ministre plénipotentiaire des Pays-Bas à Lon-
dres, en date du 5 Octobre 1830.

Londres, le 5 Octobre 1830.
Monsieur le Comte,
Depuis la création du Royaume des Pays-Bas,
ses Habitans virent s'écouler 13 années de calme et
de prospérité. L'esprit et les formes de la Monarchie
Constitutionelle expliquèrent d'une manière satisfaisante
agitation qui signala parfois la marche de sa politique
interieure, et les soins impartiaux et assidus, donnés
par le Gouvernement au bien-être de tous, sans di.
stinction de Provinces, avaient peu à peu rapproché
les Habitans des 2 grandes Divisions du Royaume, et
enda moins sensible la différence de leurs habitudes,
e leurs Usages, de leur religion, et de leurs intérêts.

A une opposition constitutionnelle l'on vit succéder, en Automne 1828, une opposition hostile, et se former soudain contre le Gouvernement une réunion des par

s apostolique, et liberal, éloignés jusqu'ici l'un de fautre, et qui s'étaient mutuellement contenus.

Les premières causes de cette coalition, et les mais motifs de son animosité progressive contre le

ausissante de ne doit-elle sen actuelle sans les mauv hes

1830 pouvoir, n'ont pu être suffisamment éclaircis. S'il fal

lait les chercher dans certains griefs, dont on réclamait le redressement, l'on se demande, comment il se fit que durant le cours de 13 années, et à une époque d'un noviciat politique, ces plaintes ne se firent point entendre; qu'on les ajourna jusqu'au moment où la plupart de nos Institutions s'étaient successivement consolidées, et où un bien-être général avait efface les traces de longues années de guerre et de révolu. tion; et comment, à mesure que le Gouvernement, 'marchant avec le siècle, remplissait les voeux raison. nables , qu'on croyait devoir lui exprimer, on les livra aussitôt à l'oubli, pour produire avec une irritation croissante de nouveaux griefs ? Peut-être la solutiou de ce problème doit-elle se chercher dans l'inquiétude que tourmente la génération actuelle, dans l'exaltation de quelques jeunes publicistes, et dans les mauvaises intentions d'hommes n'ayant rien à perdre, et n'hésitant pas à bouleverser la société pour réaliser leurs projets ambitieux. Quoiqu'il en soit, les 2 partis ne tardèrent pas à prendre le caractère d'une faction, et à se prevaloir de la licence de la presse, qu'en vain le Gouvernement avoit cherché à contenir dans de justes bornes.

Quelque grave que fût le mal, une explosion pa. : raissait peu à craindre. Mais l'émeute qui éclata le

25. Août à Bruxelles, déçut kespoir des amis de l'or-
dre. Le soulèvement, auquel il servit de prétexte,
s'étendit bientôt à Liège, à Verviers, à Louvain, et à
d'autres Communes.
! Dans ces fâcheuses circonstances, la première pen-
sée du Roi fut de convoquer les Etats - Généraux, pour
se concerter ayec eux , sur les moyens de rétablir la
tranquillité. Déjà avant leur réunion, il 'surgit du mi
lieu des désordres une idée nouvelle qui jamais n'arai
été émise jusqu'à ce jour, celle de séparer la Belgique
de la Hollande, en maintenant la Souveraineté de la
Maison d'Orange. Aussitôt les révoltés exigérent, comme
seul moyen de salut, que cette séparation fùt de suite
prononcée, sans s'arrêter aux motifs qui devaient em
pêcher le Roi de souscrire à une condition d'auss
graves conséquences. En effet, Sa Majesté, toujours
disposée à prendre en considération les voeux de ses
Sujets, ne pouvait traiter de la modification de la base

Dansoi fut de conx , sur les unis

de nison d'Orade salopette er aux en une monjesté,

de notre Edifice Social avec une Population en armes; 1830 cette Population sans Chef reconnu et permanent, n'offrait aucune garantie de sa soumission, lors même qu'elle eut été achetée à ce prix; d'autres parties des Provinces Méridionales s'exprimaient contre la sépara- tion, et avaient au moins les mêmes titres à être écoutées que les Communes révoltées, la séparation ne pouvait être adoptée en principe sans l'ètre de suite par rapport au mode, et celuici n'était nullement susceptible d'être improvisé; décréter enfin cette séparation, c'eut été sortir des attributions de la Royanté; or, le Roi s'était prescrit pour régle invariable de son Règne, de ne jamais dévier en riep ni de la Loi Fondamentale qu'il avait jurée, ni des Traités auxquels il avait accédé. Peu de jours d'ailleurs ayant suffi pour faire revenir de l'idée d'une séparation entière, ceuxmêmes qui les premiers l'avaient exprimée, Sa Majesté adopta la seule détermination analogue à la circonstance; ce fut de demander l'opinion des Etats Généraux sur les questions générales de savoir, si l'expérience de 15 années avait prouvé le besoin de modifier les Institutions Nationales, et si alors les relations établies par les Traités et par la Loi Fondamentale entre les 2 grandes Divisions du Royaume, devaient, pour le bien-être commun, changer de forme ou de nature. La réponse affirmative des Représentans de la Nation va donner l'occasion au Roi d'adopter sans délai les mesures nécessaires, pour assurer à la discussion et à l'examen plus approfondi de cet important object, une marche convenable, et déjà Sa Majesté a invité les 4 Cours signataires des 8 Articles de l'Annexe de l'Article VIII. du Traité du 31 Mai, 1815, à munir leurs Missions à la Haye d'Instructions qui les mettent à même d'y ouvrir éventuellement des Conférences, dans le cas où les modifications de la Loi Fondamentale qui seraient jugées désirables par le Roi et les Etats - Généraux, seraient trouvées dévier des 8 Articles précités.

En même temps Sa Majesté donna ordre de diri'ger les Troupes disponibles dans les Provinces Sep

tentrionales, sur Anvers et sur Maestricht. Elles furent employées soit à former 2 Corps d'Armée appuyés sur ces Villes, soit à augmenter les Garnisons des Places Fortes. Les jours nécessaires pour exécu

1830 ter ces mouvemens furent sans succès destinés à faire

rentrer les Insurgés dans le devoir par les voies de la persuasion. - A Bruxelles, centre du soulèvement, les Autorités Legales se trouvèrent peu à peu entièrement paralysées; celles de fait, qui s'étaient formées, changèrent à deux reprises ; et finalement toute Autorité fut dissoute: la lie du Peuple, soutenue par des hommes sans aveu accourus d'autres endroits, et en partie, à ce qui parait, de l'Etranger, se rendit maitre de la Ville, et attaqua même les Troupes du Roi, qui, d'après le désir de la Bourgeoisie désarmée, s'étaient approchées de Bruxelles sous les commandement du Prince Frédéric des Pays-Bas. Son Altesse Royale ayant fait entrer ses Forces le 23me Septembre à Bruxelles, pour rétablir l'ordre et protéger la Bourgeoisie contre la populace qui s'était livrée aux plus grands excès, vit ses Troupes assaillies par une fusillade dirigée des maisons, et annonçant des combinaisons militaires organisées par des Chefs expérimentés. Elle n'en occupa pas moins pendant 4. jours la partie haute de la Ville, mais une résistance inattendue et opiniâtre l'empêcha de pénétrer dans la Ville Basse, et la mit ensuite dans le cas d'abandonner Bruxelles à son sort, et de prendre position à une lieue de distance.

Dans cet état de choses le seul parti qui restât à prendre, fut d'adopter nn système défensif. Toutefois il est à craindre qu'il ne devienne insuffisant pour prévenir l'extension de la revolte à d'autres parties des Provinces Méridionales, qui jusqu'ici sont restées dans le devoir , et que quelques unes des Places fortes sur la Frontière Méridionale du Royaume ne se trouvent compromises. Au lieu de se livrer à l'espoir que la bonne partie des Populations de Bruxelles, de Louvain, de Liège, de Verviers, et d'autres Communes, parviendra à réprimer la Populace, et à faire renaitre le règne des Lois, il est plutót à prévoir que l'éloignement des Troupes Royales de Bruxelles donnera le signal à une organisation nouvelle et réglée de la rébellion, et que sa direction occulte va paraitre au grand jour. Quant aux modifications de la Loi Fondamentale, supposé qu'après un plus mûr examen elles soient jugées utiles et nécessaires, elles n'offriront qu'un

« FöregåendeFortsätt »