Sidor som bilder
PDF
ePub

regarder l'assemblage de toutes les écoles S0U3 le titre d'enseignement mutuel, comme on regarde l'assemblage de tous les colléges du royaume sous le titre d'université: c'est en effet un nouveau corps universitaire qui se crée -, il a commencé, comm'e commença l'autre sous Charlemagne, par les plus simples élémens de l'éducation; chaque jour amène dans son sein une branche d'enseignement qu'il ne possédait pas la veille; et personne ne peut dire, tant que dure ce mouvement, jusqu'où s'étendra le domaine qu'il doit envahir. Lancaster fut le noyau de ce corps naissant, où se sont fait agréger ensuite, en y apportant leur tribut de méditations, une foule d'hommes supérieurs et de professeurs distingués, amis de l'humanité et des lumières.

Ce n'est donc pas donner l'idée d'une méthode , que de dire qu'elle est celle qu'on suit dans l'enseignement mutuel, puisqu'on y en suit plusieurs; il faut dire de plus, si c'est celle des frères Pestalozzij en Italie, ou celle de Lancaster j en Angleterre, ou, etc. Tant qu'on n'ajoute pas cette détermination, on parle aussi vaguement que si l'on disait qu'on suit le traité de physique ou de géométrie de l'université, et plus vaguement encore, parce que ces niéthodes nouvelles ne sont pas développées au public par leurs auteurs, comme le sont ces livres. Ce serait bien pis si l'on annonçait un cours de dessin, ou de peinture, ou de musique, selon la méthode de Lancaster ; ce serait comme de l'annoncer selon la méthode de Port-Royal, parce que Port-Royal ni Lancaster n'ont rien fait dans ce genre, quoiqu'ils aient utilement travaillé en d'autres. Mais ceux qui ne regardent qu'à peu près les choses, ne sont frappés, dans les nouvelles méthodes, que de la division du travail, au moyen de laquelle on rend facile l'acquisition des idées, et leur transmission d'un individu à l'autre dans toute l'école simultanément. C'est en effet un point que toutes ont de commun entre elles; mais quels livres et quelles méthodes anciennes n'ont pas de points communs et en plus grand nombre ? On ne considère pas que la division du travail constitue à elle seule une méthode dans la manière dont elle est faite, et que, pour faire cette division, il faut avoir des idées bien déterminées sur l'objet à enseigner; qu'autrement ce serait une décou-verte préalable à faire, que de recueillir ces idées, de les réunir en corps de science, et de les coordonner entr'elles, au point qu'il n'y eût plus qu'à les diviser en petites sections pour

v

les faire facilement acquérir et transmettre d'individu à individu.

Je termine ici cet ouvrage, bien imparfait sans doute, et peut-être trop court pour la. quantité de matières qu'il renferme; peut-être aussi trop long en quelques endroits. J'ai eu deux buts en l'écrivant : je n'avais d'abord que celui de faire connaître ma méthode aux maîtres et aux personnes qui, étant versées dans l'art que je traite, peuvent désirer d'en faire l'application autour d'elles; mais bientôt je me guis aperçu que je pouvais, sans nuire à ce dessein, travailler aussi au profit de mes élèves, en ajoutant çà et là quelques développemens dont je me serais autrement dispensé. Toutefois j'ai tâché d'en être sobre.

S'il m'était possible de prendre des mesures pour qu'on me jugeât avec quelque justice, et de prévoir toutes les sortes de critiques qu'on me destine peut-être, je prierais que l'on fit réflexion qu'en m'a dressant aux maîtres, je n'ai pas la prétention de leur enseigner la musique; car personne ne doute qu'ils ne la sachent en perfection, et pour moi je suis le sincère ad-< mirateur du talent de ceux qui m'entourent, Ce n'est qu'une méthode d'enseignement que je leur présente, pour qu'ils s'en servent, si elle est à leur gré. Or, une nouvelle méthode n'est pas une somme d'idées nouvelles, mais est un nouvel arrangement des idées connues. Par conséquent, ces Messieurs ne se récrieront pas, si je n'ai presque rien dit dont la pratique ne leur fut familière. Je n'ai fait que mettre au grand jour des idées qui sont assurément dans leurs têtes, puisqu'ils exécutent la musique avec tant d'habileté^ mais qui s'y trouvent cachées sans doute, puisqu'ils ne les communiquent pas à leurs disciples, ';

Toutefois, je dirai avec la même franchise , que je crois avoir tiré de ces idées approfondies plusieurs conséquences neuves à tous égards 5 qu'il en est même quelques-unes que j'ai éclairr cies ou rectifiées, et qui m'ont donné des procédés de pratique dont on ne s'était pas avisé j usqu'ici.

J'ai envisagé la musique tantôt comme une langue (1), tantôt comme une branche de phy

(1) Je dis comme une langue savante ou grammaticale, comme une algèbre, si l'on veut, non comme une langue poétique à laquelle donnerait lieu l'étude de cet art considéré dans ses rapports avec les passions du cœur humain. On sent bien que ceci n'était pas de mon sujet. sique expérimentale, à laquelle devait s'appliquer l'analyse. J'ai démontré qu'elle renferme une science utile au développement de nos facultés intellectuelles, qu'on y peut mettre la logique en action, comme partout ailleurs, et que l'éducation de la jeunesse doit désormais s'en ressentir, comme de toute autre étude qui enseigne à raisonner; qu'on peut la placer à côté des sciences exactes en même-temps que des arts dïmagination > parce qu'on y peut faire l'analyse du chant avec la même précision, la même évidence, qu'on fait en chimie celle de

l'air Oui, sans doute, n'est-il donc des faits

que pour la vue ? n'en est-il pas pour l'ouïe , n'en est-il pas pour tous les sens? Or, s'il est vrai que l'esprit n'ait qu'une manière de raisonner, qu'une manière de se conduire sur toutes sortes de sujets, comme les jambes n'ont qu'une manière de marcher sur toutes sortes de terrains, il s'en suit qu'après avoir étudié la musique à la manière des sciences, qu'après avoir exercé son esprit sur ce genre de faits, de la façon qu'il doit s'exercer sur tout autre, un élève en sera réellement plus propre à porter ailleurs ses méditations, et que, pour lui, chanter à livre ouvertj écrire sous dictéej ne sont que les moindres fruits qu'il retirera d'une étude ainsi dirigée,

« FöregåendeFortsätt »