Sidor som bilder
PDF
ePub

toire des religions, notre but a été de pré- des différents âges. Cependant, s'il s'agissenter le tableau comparatif de toutes les sait d'une bibliothèque où les livres d'antimythologies. Cependant, si cette réunion quités fussent trop peu nombreux pour n'était pas goûtée, on pourrait ne conser- qu'on pût en former une section spéciale, ver dans cette section que la mythologie on pourrait alors les réunir à l'Histoire générale et reporter les mythologies parti- ancienne. culières, soit dans l'Archéologie, soit dans

A la suite de l'Histoire littéraire, nous l'histoire des nations auxquelles elles appar- avons placé la Biographie, parce que dans tiennent.

cette section domine la biographie littéraire, L'Histoire byzantine et celle des diverses

et que d'ailleurs nous en avons extrait les invasionsqui amenèrent et suivirent la chute biographies spéciales des personnages hisde l'empire romain, font une transition de toriques pour les placer dans l'histoire des l'Alistoire ancienne à l'Histoire moderne: pays à laquelle elles appartiennent. Pournous les avons réunies en une seule section, tant, nous ne saurions nous le dissimuler, si sous le titre d'Appendice à l'Histoire an

ce classement est irréprochable en ce qui cienne. Suivant en cela l'exemple de nos concerne les biographies littéraires et artisprédécesseurs, nous avons placé à la suite tiques, il ne l'est pas également à l'égard des de l'Histoire moderne des Paralipomènes recueils biographiques généraux, et surou suppléments comprenant l'Histoire de la tout des dictionnaires qui, comme celui de chevalerie et l'Art héraldique, l'Archéolo- Moréry, réunissent à la Biographie les pringie, l'Histoire littéraire, la Bibliographie et cipaux faits de l'histoire ecclésiastique et ciles Mélanges historiques. L'Histoire de la no- vile, et même la Géographie. Ces derniers blesse, ne se rapportant guèrequ'à l'Europe, ouvrages appartiendraient plus régulièreserait peut-être mieux placée à la suite de ment peut-être aux Prolégomènes ou aux l'Histoire de cette partie du monde que dans Mélanges historiques qu'à la Biographie prola division où nous l'avons laissée. L'Ar

prement dite. chéologie se compose particulièrement de tout ce qui tient à l'histoire des mœurs et

La Bibliographie tient de si près à l'Hisusages, soit des anciennes monarchies orien- toire littéraire en général et à la Biographie tales, soit des Grecs ou des Romains; elle des gens de lettres et des savants en particucomprend aussi les monuments de toute lier, qu'elle devait naturellement trouver espèce qui nous restent de ces différents sa place à la suite de ces deux sections. peuples. Quant aux antiquités particulières C'est donc là que nous l'avons rangée, en y des Germains, des Gaulois, etc., elles ser- réunissant l'histoire de l'imprimerie, qui vent d'introduction à l'histoire spéciale ne pouvait guère être séparée de celle des des nations européennes. Ce qui nous a em

livres. pêché de placer l'Archéologie immédiate La classe historique est terminée par des ment après l'Histoire ancienne, comme le mélanges, et elle est suivie d'une sixième font plusieurs catalogistes, c'est que la et dernière classe, sous le titre de Mélanges science qui s'occupe des antiquités n'est pas et Dictionnaires encyclopédiques. Là, inbornée à l'époque où s'arrête l'histoire an- dépendamment des ouvrages que désigne cienne, et qu'elle pénètre bien avant dans particulièrement ce titre, pourront se plale moyen-âge, dont elle interroge les mo cer les Journaux qui traitent de différentes numents qu'il est quelquefois bien difficile matières, ainsi que les Collections où sont de séparer de ceux d'un âge plus reculé. La réunis des ouvrages de tout genre. Les Reréunion de tous les objets qui se rapportent cueils encyclopédiques étant, ou devant être à ce genre d'étude forme un ensemble trop le résumé de toutes les connaissances acvaste, trop spécial, pour que la section qui quises au moment de leur publication, sont y est consacrée puisse être convenablement mieux placés, selon nous, à la fin d'un placée, soit entre l'Histoire ancienne et Catalogue qu'au commencement, comme l'Histoire byzantine, soit entre celle-ci et un savant respectable, M. de Fortia, le prol'Histoire moderne; ce serait d'ailleurs in- posait, il y a quelques années, dans un Systerrompre, sans nécessité, la série historique ième général de Bibliographie alphabé

Jurisprudence; 7o la Théologie : le tout terminé diatement après la Physique, la Chimie et l'His-
plus de livres, « En effet, on commençait par la riques des ouvrages qui sont la base ou, si on
panmaire, on poursuivait un cours de littérature l'aime mieux, le résultat de ces théories ; sur ce
ei d'histoire; un cours de philosophie terminait placé de suite les Compositions littéraires en prose,
quaccompagnaient quelques leçons de géographie point, nous sommes d'accord avec lui; mais il a
Penseigement général, aprés lequel on se livrait avant de s'occuper de la Poésie, en sorte que, dans
à l'étude spéciale ou de la médecine ou du droit,
on avait été destiné. >> Cette distribution serait Quoiqu'au premier aperçu cette manière de pro-
ou de la théologie, selon la profession à laquelle Epistolaires et les Romans précèdent les Poètes.
se composaient que de livres élémentaires destinés l'admettre, et voici pourquoi : la versification

INTRODUCTION

coque, où, tout en donnant aux cinq grandes elles l'approbation des personnes auxquelles but a été de pré- des différents âges. Cependant, s'ils

classes un autre ordre que le nôtre, il a l'expérience a fait reconnaître les graves atif de toutes les sait d'une bibliothèque où les livres de conservé dans chaque classe presque toute inconvénients qu'offrent les nouveaux classi cette réunion quités fussent trop peu nombresi »

l'ancienne division.

sements proposés par différents bibliograarrait ne conser- qu'on pût en former une section spolu Telles sont les seules modifications que phes , tant nationaux qu'étrangers, clasde la mythologie on pourrait alors les réunir à l'is

nous avons essayé de faire au système des sements qui jusqu'ici ne peuvent guère vthologies parti- ancienne.

libraires de Paris : elles ne satisferont pas, être regardés que comme des essais, puisologie, soit dans

A la suite de l'Histoire littéraire, nous le craignons bien, les esprits curieux qu'aucun d'eux ne s'est concilié les suffrages elles elles appar- avons placé la Biographie, parce que te de nouveautés

; mais peut-être obtiendront- des juges compétents. cette section domine la biographie litteras celle des diverses et que d'ailleurs nous en avons estr. Suivirent la chute biographies spéciales des personnages de ne transition de toriques pour les placer dans l'hister 2

Note supplémentaire qui se rapporte à la page v. toire moderne :

pays à laquelle elles appartiennent. Pic ne seule section, tant, nous ne saurions nous le dismakei l'Histoire ance classement est irréprochable en ct

Due tous les systèmes bibliographiques auxquels la considérer simplement comme un des degrés exemple de nos concerne les biographies littéraires et r a donné naissance le désir de faire descendre la à franchir pour arriver à une des trois grandes placé à la suite tiques, il ne l'est pas également à l'égarna Theologie et la Jurisprudence aux derniers rangs, professions auxquelles, sclon M. Daunou, tout vient Paralipomènes recueils biographiques généraus, et

le meilleur, sans aucun doute, est celui de M. se résumer, ou à toute autre profession savante. t l'Histoire de la tout des dictionnaires qui, comme cela :

Tarnou, tel qu'il est exposé au commencement Par exemple, la culture des Belles-Lettres étendue

du Catalogue de ce savant distingué. C'est aussi que, l'Archéolo

à toutes les divisions et subdivisons du système Moréry, réunissent à la Biographie despre i celui qui se rapproche le plus du système des de ce savant, divisions qui, à quelque chose Bibliographie et cipaux faits de l'histoire ecclésiastique con el aires de Paris, systeme dont, à bien le consi- près, sont aussi les nôtres, la culture des iettres Histoire de la no- vile, et même la Géographie

. Ces derein,

derer, il n'est guère qu'un remaniement. L'ordre ainsi comprise, disons-nous, est tout autre chose equ'à l'Europe, ouvrages appartiendraient plas regular

des classes y est interverti, et leur nombre est que ne le sont, et ne le doivent être les études ée à la suite de ment peut-être aux Prolegomènes ou x

porté de cinq à sept : mais, à quelques modifi- préparatoires qui se font dans nos colléges. On

cativos près, les divisions de chaque classe sont peut même ajouter que les Belles-Lettres sont nonde que dans Mélanges historiquesqu'à la Biographies i u. Daunou, après une introduction Ferme de la saporire celle d'homme de lettres, et celle de l'enlaissée. L'Arprement dite.

B. blingraphie et de l'Histoire littéraire, viennent: seignement des langues savantes. Ainsi, en admetculièrement de

1*les Belies-Lettres, composées des Grammairiens, - des mæurs et La Bibliographie tient de si près à l'Est des Abéteurs, des Poètes, des Critiques et des

tant que cette classe eût les mêmes titres que toute narchies orien- toire littéraire en général et à la Bingrandir

Melanges littéraires; 2o l'Histoire, précédée de la

autre classe pour occuper le premier rang dans

une bibliothèque ou la Théologie serait relé

for raphie et de la Chronologie, el terminée par guée à un des derniers, il est certain que ce rang Romains; elle des gens de lettres et des savants en parto

des Supplements ou Paralipomėnes historiques ; ents de toute lier, qu'elle devait naturellement trepte

de les sciences, contenant la Philosophie propre observation : de ce que, dans les colléges, quelques

ne saurait lui appartenir de droit absolu. Autre ces différents sa place à la suite de ces deur sectia s particulières C'est donc là que nous l'avons rangée

, et
porale, la Politique, la Science sociale, l'économie le cours de belles lettres,

s'ensuit-il

, de toute nécesetc., elles ser- réunissant l'histoire de l'imprimerie

, e
en ligne

, enfin la Physique, les Mathématiques site, que l'Histoire, avec le cortege obligé qui l'accoire spéciale ne pouvait guère être séparée de cele din

be agriculture, les Arts mécaniques, les Arts Lettres et les Sciences ? Ce qui pourrait être bien ui nous a emlivres. Sur certaine la Musique ; 5. la Médecine; od la plecarea arel

, csecarte de placer la Médecine immée immédiate La classe historique est terminée par ae, comme le mélanges, et elle est suivie d'une siper c'est que la et dernière classe, sous le titre de Melany

une classe tout-à-fait séparée des autres. aités n'est pas et Dictionnaires encyclopediques . , L*

En classant les Belles-Lettres, ce savant profes

seur a eu soin de bien distinguer les Traités théol'histoire an- dépendamment des ouvrages que n avant dans particulièrement ce titre, pourront se pot roge les mo- cer les Journaux qui traitent de diferega

bien difficile matières, ainsi que les Collections ou su us reculé. La réunis des ouvrages de tout genre.

, publié d'après ce rapportent cueils encyclopédiques étant, ou devant d" asemble trop le résumé de toutes les connaissances de

fite que l'auteur prétendit attribuer à cette dispo-
sition, c'était, disait-il

, d'être celle qui a régné
dans les études durant les siècles ou l'on a fait le

Les

mais il en est autrement, car chaque classe con-
sidérée dans toutes ses branches, dans tous ses

a un cours d'étude universitaire du premier degré; n'est certainement pas le seul caractère distinctil ='enablement mieux placés, selon nous, à la fin de

degrés, comme dans notre Catalogue, forme imagination riche et brillante. Pour le prouver, il In ensemble trop vaste, demande des études

, nous - section qui quises au moment de leur publication

, som ancienne et Catalogue qu'au commencement, CERT

de la poésie, genre auquel, selon nous, appartient

toute fiction, où e celle-ci et un savant respectable, M. de Fortia

, le para 'ailleurs in- posait, il y a quelques années, dans une

nous serait facile de citer plusieurs ouvrages e historique ième général de Bibliographie alphus

, peut-être, si

trop diverses, trop étendues, pour qu'on puisse

en prose qui renferment plus de véritable poésie,

en quelques pages, que tel gros recueil de vers verselle, ou comme le Génie du Christianisme, sont qu'on est convenu d'appeler poēme : ne sait-on aussi des Compositions, quoiqu'ils ne se placent pas, d'ailleurs, que la plupart de nos anciens pas dans la classe des Belles-Lettres, où néanmoins, romans de chevalerie sont de simples traductions ils figureraient un peu mieux que tel pamphlet en prose d'ouvrages écrits en vers français, dans odieux et mal écrit,ou que telle ignoble facétie qu'on le 12e et le 13e siècle. Ce n'est donc pas sans motif est bien obligé d'y conserver: ce qui prouve évidemque nous avons conservé à la suite de la Poésie ment, à notre avis, que la dénomination de Comproprement dite les Fictions en prose, qui en sont position est beaucoup trop vague pour devenir le une dépendance naturelle. Dans un autre système titre spécial de l'une des sections des Belles-Lettres. tout récent, où l'on a suivi, à l'égard des ouvrages Quoique le Télémaque soit bien une composition en vers le classement de M. Daunou, se trouvent purement littéraire, des esprits assez subtils pour réunis, sous le titre général de Composition, des prendre souvent, dans les choses, l'exception pour ouvrages de différents genres, auxquels, sans nulla règle, ont jugé convenable de placer ce roman doute, convient cette dénomination; mais le libraire poétique dans la section des Traités sur l'éducation ingénieux, qui a eu l'idée de ce classement, semble des princes, sous prétexte qu'il a été composé avoir oublié que des ouvrages comme l'Esprit des pour l'instruction morale du duc de Bourgogne. En lois, comme l'Émile, le Discours sur l'histoire uni- cela nous n'avons été nullement tenté de les imiter.

[graphic][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

DES DIVISIONS DE CETTE TABLE.

THÉOLOGIE.

I. ÉCRITURE-SAINTE.

3. Philologie sacrée (*). A. Introduction à l'étude de l'Écriture-Sainte,

521–537. B. Traités critiques sur les textes et versions

de l'Écriture-Sainte, 538-552. C. Traités sur l'authenticité et le caractère de

l'Écriture-Sainte, 553—559. D. Interprètes critiques de l'Écriture-Sainte,

comprenant l'hermeneutique générale et la

critique verbale, 560-602. E. Dictionnaires de l'Ecriture-Sainte, 603. F. Mélanges et dissertations bibliques touchant

la chronologie, la géographie, l'histoire naturelle, les antiquités, etc., 604—647.

1. Textes et Versions (*).
4. Bibles entières.

e. Bibles polyglottes, nos 1 à 7.
. Textes hebraiques et syriaques, 8-20.
c. Versions grecques, 91-94'.
d. Versiops latines, 15-36.
e. Versions françaises, 37-47.
f. Versions italiennes, espagnoles et portugaises,
g. Versions allemandes et hollandaise, 59-60.
h. Version romanique ou des Grisons, 61-62.
1. Versions anglaise, irlandaise et gaélique, 65-67.
k. Versions danoise, suédoise, finoise, etc., 68-72.
1. Versiens en dialectes slavons et en esthonien,
2. Versions arabe, arménienne, turque et géor-

gienne, 80-83.
. Versions en différents dialectes indiens, 81-99.
6. Version chinoise, 99*.
2. Version malaise, 100.

9. Version en langae de l'Amérique du Nord, 101. B. Livres séparés de l'Ancien-Testament, en

différentes langues, 102–1hg. c Textes du Nouveau-Testament et de ses

livres séparés, 150–156. D. Versions du Nouveau-Testament et de ses

livres séparés, en différentes langues, 157

232. (A subdiviser comme ci-dessus.) E Harmonie et Concorde des Évangiles, 233—

243. F. Livres apocryphes, 244–256. G. Concordances, Répertoires et extraits de

PÉcriture-Sainte, 257–273. L Histoires abrégées de la Bible, et Biogra

phies bibliques, 274-329. 1. Recueils de gravures bibliques où le texte

n'est qu'accessoire, 330—390.
2. Interprètes de l'Écriture-Sainte.

A. Interprètes juifs, 391-403.
B. Interprètes chrétiens, soit catholiques, soit

protestants, sur l'Ancien et le Nouveau

Testament, 404-437. C. Interprètes des livres séparés de l'Ancien

Testament, 438-475. D. Ioterprèles du Nouveau-Testament, 476–

II. LITURGIE. 1. Traités sur les Rites et Cérémonies de

l'Église, et principalement les Offices

divins, 648—666. 2. Collections de Liturgies en différentes

langues, 667 3. Liturgies des Eglises grecques et orien

tales, 668—683. 4. Liturgies de l'Eglise romaine (**),

684—706. 5. Liturgies gallicanes, 707-735*. 6. Liturgie mozarabe, et autres liturgies

particulières, 736-755. 7. Liturgies anglicanes, 756—759.

III. CONCILES. 1. Traités touchant les Conciles et les Sy

nodes, 760—764. 2. Collections de Conciles, 765—777. 3. Conciles généraux, 778-786. 4. Conciles nationaux, provinciaux et dio

césains, 787–801.

520.

(*) Au lieu de commencer par les textes sacrés, comme nous be fasons Ici, plusieurs rédacteurs de Catalogues placent avant ces textes une introduction composée de ce qui, dans notre systeme forme les paragraphes A, B, C, de la Philologie sacrée.

(*) on pourrait placer les paragraphes A, B et C de cette section 3 avant la section 2, et faire venir ensuite les paragraphes D, E, F.

(**) Cette section 4 pourrait etre placée avant la section 3.

xvj

6. Théologie polémique. IV. SS. PÈRES.

a. Vérité de la religion chrélienne, 1758–1808*.

B. Défense de la religion catholique contre les 1. Introduction à l'étude des SS. Pères, Gentils, les Juifs, les Schismatiques, les

Hérétiques, les Incrédules, etc., 1809– 802-806.

1862. 2. Collections, Extraits et Fragments d'ouvrages des SS. Pères, 807-839*.

7. Théologiens chrétiens, séparés de

l'Église romaine. 3. Ouvrages des SS. Pères grecs, 840–

A. Avant Luther, 1863-1865. 961.

B. Luthériens, 1866-1909. 4. Ouvrages des SS. Pères latins et de

c. Sacramentaires, Zuingliens, Calvinistes, quelques autres écrivains ecclésiasti

etc., 1910-1959. ques, 962-1141.

D. Anglicans, épiscopaux, presbytériens, non

conformistes, etc., 1960-2038. 5. Ouvrages des SS. Pères arméniens,

E. Anti-trinitaires, Sociniens, Quakers, 2039– 1143— 1144.

2053.

p. Écrits satiriques des Protestants contre l'ÉV. THÉOLOGIENS.

glise romaine, ses cérémonjes, et particule lièrement contre le saint Sacrifice de la

Messe, 2054—2077. 1. Théologie scolastique et dogmatique. G. Écrits contre le Pape et les personnes

ecclésiastiques, 2078—2128. A. Introduction, Dictionnaires et Recueils,

h. Écrits en faveur de la réunion et de la 1145—1151. B. Cours et Traités généraux, 1152-1172.

tolérance, 2129—2136. c. Ouvrages des Théologiens scolastiques et

VI. OPINIONS SINGULIÈRES.
controversistes, 1173–1213.
D. Traités particuliers de Théologie scolastique:
Dieu et les personnes divines, l'incarnation,

1. Ochin, Postel, Bruno-Nolano, Beverla passion et la mort de J.-C., 1214—1232. land, etc., 2137-2195. E. Traités touchant la création et les créatures, 2. Illuminés et autres fanatiques, 2196— les anges, les démons, l'homme, l'âme,

2211. libre arbitre, la grâce, les quatre fins de

l'homme, 1233--1261. F. Traités touchant l'Église, les sacrements, le

VII. RELIGION JUDAÏQUE. culte religieux, 1262—1281.

Doctrines,culte, institutions,2212—2227*. 2. Théologie morale. A. Traités généraux, 1282—1292.

VIII. RELIGIONS DES PEUPLES B. Traités moraux sur les Sacrements; Instructions pour les consesseurs; Cas de cons

ORIENTAUX (*). cience, etc., 1293 à 1331. c. Traités moraux sur les vertus et les vices,

1. Recueil de livres sacrés de différents sur les actions humaines, sur les divertissements qui sont ou permis ou désendus

peuples, 2228-2230. aux chrétiens, sur l'usure, etc., 1332–1368. 2. Mahométisme, 2231-2239. D. Mélanges de Théologie morale, 1369—1378.

3. Magisme, ou religion des anciens Per3. Théologie catéchétique, 1379–1407. sans; Brahmanisme ou religion des 4. Théologie parénétique, ou sermons Indiens, 2239*_2257.

comprenant aussi les Homélies,Prônes, 4. Bouddhisme et Religion des Chinois, etc., 1408–1510*.

2258-2263.
5. Théologie ascétique ou mystique. 5. Sabéisme, 2264-2266.

A. Collections d'ouvrages ascétiques, 1511.
B. Mystiques latins, 1512-1547.

IX. APPENDICE A LA THÉOLOGIE. c. Mystiques français, 1548—1581. D. Mystiques italiens, espaguols, allemands, Ouvrages philosophiques sur la Divinité et sur etc., 1582--1620.

les culies religieux. E. Traités particuliers de Théologie ascétique en différentes langues, 1621–1682.

1. Déistes et Incrédules, 2267–2284. F. Ouvrages sur le Quiétisme, 1683-1684. 2. Athées, 2285-2318. G. Pratiques et Exercices de piété; Méditations,

Pensées et Instructions chrétiennes; Prépa

rations à la mort, 1685-1734. H. Règles et Devoirs religieux de différents (*) L'histoire du Paganisme et celle des religions orientales états, 1735--1757.

forment un appendice à l'Histoire des religions, sous les

n. 22525 et suiv.

« FöregåendeFortsätt »