Sidor som bilder
PDF
ePub

lier (Adolphe), médecin-dentiste, représenté par le sieur Guion, à Paris, boulevard Saint-Martin , n° 29 , pour une cau de toilette dite parfum électrique.

61° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 5 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur Vautier (Antoinc-Constant), représenté par le sieur Ànsart, à Paris, boulevard Saint-Martin, n° 33, pour un système perfectionné de traitement des plantes et végétaux, afin d'en extraire les fibres et filaments pour fabriquer des fils et tissus divers, et aussi pour la transformation des végétaux en pâtes à papier et à carlon et pour l'application de ces procédés aux déchets de soie, etc. ainsi qu'au traitement des fils et des tissus déjà fabriqués.

62° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 1" mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par les sieurs Venault (Lonis-Joseph) et Genève (Jean-Claude), fabricants de vis, représentés par le sieur Le Blanc, à Paris, rue Sainte-Appoline, no 2, pour l'ornementation des têtes de vis servant aux instruments de musiqne, accordéons, flûtes, etc.

63° Le brevet d'invention dont la demande a été déposée, le 2 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur Weston (WilliamThomas), représenté par le sieur Courrouve, à Paris, rue Feydeau, n° 28, pour un ressort et une fermeture perfectionnés applicables aux portes, volets et autres buts ntiles (patente anglaise de quatorze ans, expirant le 4 novembre 1875).

64° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 29 mars 1862, au secrétariat de la préfecture du département de l'Ardèche, par le sieur Barrès (Auguste), négociant , à Sain-Julien-en-Saint-Alban, pour un appareil dit rase-bout ou brúle-tout, à l'usage des Glatures de soie.

65° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 14 mars 1862 , au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par la dame Barthélemy (Jeanne-Charlotte Mieuset), rue de Prony, no 4, à Asnières, pour fabrication de chapeaux d'homme et de femme en peaux de toutes sortes.

66° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 15 mai 1862 , au secrétariat de la préfecture du département du Rhône, par le sieur Brunier (Louis), rue de la Charité, n° 84, à Lyon, pour un appendice aux appareils d'un moteur à air comprimé à pressions ascendantes et successives, dans lesquelles la vitesse initiale de l'air comprimé reçoit un accroissement de vitesse.

67° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 19 mai 1862, qu secrétariat de la préfecture du département de la Gironde, par le sieur Chansarel (Emile), à Talence, près Bordeaux, pour un produit de peinture dit enduil minéral.

68° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 3 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département du Cher, par les sieurs Chastan (Ernest), élève au lycée impérial de Bourges, et Gemelle (François), à Bourges, pour un appareil hydraulique.

69° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 12 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département du Rhône, par le sieur Comhettes (Léonce), rue Lafayette, n° 39, à Lyon, pour un indicateur des stations des chemins de fer.

70° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 19 mai 1862 , au secrétariat de la préfecture du département de l'Aisne, par le sieur Courdin (Jean-Adrien), à Fresnay-le-Grand, pour un double échappement.

71° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 15 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département du Nord, par le sieur Dillies (Louis), raffineur de sucre, à Phalempin, pour un procédé de fabrication du sucre de betterave ou de toute autre plante saccharisère.

72° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée , le 15 mai 1862, au secrétariat de la préfeciure du département du Pas-de-Calais, par la société Dubont aîné et ses fils, ei Stubbes (Henry), à Calais, pour un levier-bascule appli. cable à toute espèce de Jacquarts pour les métiers à tulle.

73° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le ia mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Loire-Inférieure, par le sieur Gache (Vincent), pharmacien , rue des Vertais, no 49, à Nantes, pour une drague à deux échelles de godets superposés, à déversoir mobile.

74° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 9 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département du Haut-Rhin, par les sieurs Gauckler (Philippe-Gaspard), ingénieur des ponts et chaussées, et Kolb (Paul-Théo. dore), mécanicien, à Colmar, pour une turbine à volume d'eau variable.

23° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 15 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département du Rhône, par le sieur Goutard (Claude), fabricant, représenté par le sieur Feuillat, rue Ferraudière, no 18, i Lyon, pour perfectionnements anus métiers de plumetis."

76* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 17 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département du Pas-de-Calais, par le sieur Grenier (Pierre-Louis), mécanicien, à Saint-Pierre-lès-Calais, pour un système de jen des drcpers dans les Jacquarts de métiers à tulle et autres.

779 Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 15 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Gironde, par le sieur GuyVaissier aîné, cours Napoléon, n° 48, à Bordeaux, pour un système de serrure portative dit système Vaissier (Guy).

78* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 29 avril 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur Hermant (Alphonse-Joseph), chimiste, à Paris, rue Royer-Collard, n° 12, pour des alluimettes chimiques sans phosphore blanc ni phosphore amorphe.

79° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 15 mai 1862, an secrétariat de la préfecture du département de Vaucluse, par les sieurs Jacquet (Clément) et Chomel (Antoine), mécaniciens, élisant domicile chez le sieur Berton, rue Rappé, à Avignon, pour une machine propre à exploiter la pierre dans les carrières et dans les chantiers de construction.

86* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 17 mai 1862, än secrétariat de la préfecture du département du Pas-de-Calais, par le sieur Lefèvre (Joachim), maréchal, à Vaulx-Vraucourt, pour une charrue en fer dite char. rue trissicle, traçant trois sillons à la fois.

81 Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de l'Aisne, par le sieur LefèvreDuchemin (Joseph-Antoine), marchand de sers, à Crécy-sur-Serre, pour un système de tête de brabant.

82° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 17 mai 1863, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine-Inférieure, par le sieur Legris (Ernest), directeur d'atelier de construction, à Maromme, pour perfectionnements el applications se rattachant au système de lavage et de dégraissage des laines par l'introduction de l'air dans l'eau, pour lequel le sieur Plantrou a pris, le 11 décembre 1860, un brevet de quinze ans.

83° Le brevet d'invention de dix ans, dont la demande a été déposée, le 28 mars 1862, au secrétariat du directeur de l'intérieur, par les sieurs Lory (Adolphe) et Martin-Lamothe fils, le premier, à Saint-Denis, et le second , à Saint-André (ile de la Réanion), pour un perfectionnement apporté à la batterie Gimard pour la fabrication du sucre.

84* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 16 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département du Rhône, par le sieur Martel Charles), chez le sieur Feuillat, rue Ferraudière, no 18, à Lyon , pour la production artificielle de stalactites et stalagmites.

85* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 22 avril 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Seinc, par le sieur de Vories (Anne Marie-Charles-Frédéric Chaillan), à Paris, rue d'Armaillé, n° 26, pour une roue hydraulique motrice à aubes courbes,

86* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 17 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département du Pas-de-Calais, par le sieur Wohlberque (Victor), fabricant de pannes, à Boulogne, pour un appareil à fabriquer les pannes, triles, circeaux, et généralement tout ce qui tient à la fabrication de la terre.

$7° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 12 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département des Basses-Pyrénées, par le sieur Peyras (Jean), a Bordes, près Nay, pour une machine devant servir au dépiquiage du blé.

88* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 19 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de l'Aube, par le sieur Quinquarlet (Hilaire-Adrien), fabricant de bonneterie, à Aix-en-Othe, pour un système de métier circulaire à côtes pour la pose et le fonctionnement de l'aiguille.

89° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 18 mai 1862 , au secrétariat de la préfecture du département de la Gironde , par le sieur Senat (Gilles), rue Lecoq, n°94 et 96, à Bordeaux, pour la fabrication et le cambrage, . sur apprêt, des tiges de bottines à vernis.

goo Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 13 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Haute-Marne, par les sieurs Sylvestre frères (Elie) et (Paul), horlogers, à Donjeux, pour un système de moulin dit moulin pour tout. .

1° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 17 mai .: 562, au secrétariat de la préfecture du département de la Somme, par le sieur Toinbe (Léonard-Désiré), dessinateur, à Amiens, pour une machine devant servir à arrêter un métier de tissage mécanique quand un des fils de la chaîne du tissu vient à casser.

92° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 24 janvier 1862, au secrétariat de la préfecture du département du Rhône, par le sieur Ver. nay (Jacques), place des Terreaux, no 9, à Lyon, pour la dorure des traits métalliques.

93° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée , le 20 mai 1962, au secrétariat de la préfecture du département du Bas-Rhin, par le sieur Wiederkehr (Dominique), mécanicien, à Schlestadt, pour un système de manége mo'eur.

94° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 26 avril 1862, au'secrétariat de la préfecture du département du Rhône, par le sieur Bandier, (Joseph), élisant domicile chez le sieur Roesch, rue Puits-Gaillot, no 19, à Lyon, pour un appareil dit siffleur marin ou sillet d'alarme, à air comprimé, et pour son ap. plication spéciale à la marine à voiles.

95° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 5 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par les sieurs Billet (François-Théodore) et Soulier (Basile), à Paris, rue des Tournelles, n° 70, pour un appareil perfectionné propre à appréter les étoffes en général, soie, laine, coton, etc.

96° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 17 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département des Bouches-du-Rhône, par le sieur Bounier (Cyprien), mécanicien, ruc des Trois-Mages, no 30 A, à Marseille, pour une bonde métallique et à vis.

97° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 23 mai 1862 , au secrétariat de la préfecture du département de la Moselle, par le sieur Bour (Jean), confiseur, à Metz, pour une machine à fabriquer les dragées.

98° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 3 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur Cornelius (Robert), représenté par le sieur Ricordeau, à Paris, boulevard de Strasbourg, n° 23, pour des perfectionnements dans les appareils propres à allumer le gaz hydrogène carburé et autres gaz d'éclairage par l'électricité.

999 Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 3 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur Digeon (Louis - Marcel), teinturier en peaux; représenté par le sieur Ricordeau, à Paris, boulevard de Strasbourg, n° 23, pour un procédé de bronzage et de veloutage des cuirs et peaux tannées, corroyées, mégissées, etc.

100° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 19 mai 1862 , au secrétariat de la préfecture du département des Ardennes, par le sieur Fel. loni aîné (Jean), à Asfeld, pour un fil de lin à quatre brins.

101° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 21 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Charente - Inférieure, par le sieur Fleury (Pierre-Élie-Jules), rue Saint-Jacques, n° 115, à Rochefort, pour in instrument dit composteur numéroteur, et destiné à marquer les effets des soldats et marins.

102° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 21 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département d'Eure-et-Loir, par le sieur Gallas (Désiré-Auguste), à Chartres, pour un encrier dit l'endosmotique.

103° Le brevet d'invention de dix ans, dont la demande a été déposée, le 22 mai

1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Loire-Inférieure, par le sieur Geslot (Auguste), sumiste, rue Barrière-de-Couéron, n° 12, à Nantes, pour un cadre à rideaux pour cheminées.

104 Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 19 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département du Rhône, par le sieur Gilles (Eugène), chez le sieur Rimaud, quai Saint-Vincent, no 33, à Lyon, pour un système de roues à palettes mobiles.

105* Le brevet d'inyention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 3 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par les sieurs Hanza (Louis), Gance (Dominique) et Derocquigny (Alfred-Charles-François), représentés par le sieur Guion, à Paris, boulevard Saint-Martin, n° 29, pour des perfectionnements dans les machines à coudre (patente américaine).

106 Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 24 mai 1862, au secrétariat de la présecture du département de la Charente, par le sieur Hyan (Félix), taillandier, à Angoulême, pour un système de batteur à grains à bras et à fléaux, avec toile sans fin, dit balteuse Hyan.

107° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 20 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département du Doubs, par le sieur Japy fils (Louis), horloger-mécanicien, à Berne, pour une pièce de voyage à réveil, avec échappement libre à ancre,

10%* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 21 mai 1862, au secrétariat de la présecture du départeinent du Doubs, par le sieur Japy fils (Louis), horloger - mécanicien, à Berne, pour une montre à remontoir avec un système de mise à l'heure.

10g Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 22 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Moselle, par le sieur Koch Georges), marchand de pipes, rue Tête-d'Or, n° 33, à Metz, pour une pipe à réservoir et à double cheminée.

110° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 21 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine-Inférieure, par le sieur Lecæur (Augustin-Cyrille), employé de banque, à Fécamp, pour un genre de tampon.

11° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 5 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur Magnan (Eugène), négociant, représenté par le sieur Calmels fils, à Paris, boulevard de Sébastopol, n° 92, pour un genre de capsules.

112* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 21 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département des Pyrénées-Orientales , par le sieur Martignolles (Joseph), à Saint Paul-de-Fenouillet, pour un procédé ayant pour but de rendre imperméables les tissus de coton , de fil, etc.

113* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 20 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département du Doubs, par les sieurs Minary ( Emmanuel), mécanicien, et Soutry (Raymond), représentés par le premier, demeurant à Casamène, banlieue de Besançon, pour un procédé de traitenient des scories, oxydes et déchets variés des usines métallurgiques.

114° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 20 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de Loir-et-Cher, par le sieur Mirault (Joseph-Émilien), à Saint-Aignan, pour un pressoir hydraulique renversé relevant le piston presseur à l'aide de la même pompe qui opère la pression.

115Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 20 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département du Rhône, par lcs sieurs Monnet et Dury, fabricants de produits chimiques, chemin du Baraban, no 6, à Lyon, pour on bleu dit blen de rosaniline.

116* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 5 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur Noé

Narcisse), tôlier, à Paris, rue du Faubourg-Saint-Martin, no 192, pour un torréfactenr économique dit torréfacteur Noé.

117° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 21 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département du Gard , par le sieur Nordhoff, (Henri), horloger, boulevard de la Madeleine, à Nîmes, pour un carburateur s'alimentant par lai-même.

118° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 1g mai

1862, au secrétariat de la préfecture du département du Rhône, par le sieur Orelle aîné (Julien), rue de Flesselle, no 10, à Lyon, pour perfcctionnements aux navettes à défiler et à dérouler. .

119° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée , le 5 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur QuetelTrémois (Jean-François), mécanicien, représenté par le sieur Richard, à Paris, rue Saint-Sébastien, n° 45, pour des perfectionnements apportés dans la construction des machines à raboter et emboureter les frises de parquet, et à faire les moulures.

120° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée , le 19 mai 1862 , au secrétariat de la préfecture du département des Bouches-du-Rhône, par les sieurs Roche et compagnie , fabricants d'allumettes, rue de Tilsit, n° 52, à Marseille, pour un système d'ouverture et de fermeture de boîtes.

121° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 23 mai 1862 , au secrétariat de la préfecture du département du Rhône, par le sieur Rollet (Jean), cours Vitton, n° 16, à Lyon, pour un système combiné de chaudières à va. peur á foyer intérieur horizontal et vertical, avec bouilleur intérieur vertical à fonds ouverts et chauffe complète des parois inférieures jusqu'au magasin de vapeur.

122° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 17 mai .1862 , au secrétariat de la préfecture du département du Bas-Rhin , par le sieur Schelle (Joseph), mécanicien, à Montwiller, pour un système de fer de rabot.

123° Le brevet d'invention dont la demande a été déposée, le 5 mai 1862 , au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par les sieurs Spilsbury (FraneinGiblon) et Emerson (Frédérick-William), représentés par le sieur Sautter, à Paris, boulevard Montinartre, no 14, pour perfectionnements dans le traitement de l'huile de fusel pour l'éclairage (patente anglaise de quatorze ans, expirant le 26 avril 1876).

izá° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 20 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département du Nord, par le sieur Van Rymenant (Jean-Baptiste), corroyeur, représenté par le sieur Vandenbuleke, section des Moulins, rue de Douai, no 101, à Lille, pour un système de tannage accéléré des peaux en poil en général, destiné à solidifier et assouplir les cuirs à l'usage des chaussures.

125° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 8 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur Adam (Salomon), sculpteur et photographe, représenté par le sieur Ansart, à Paris, boulevard Saint-Martin, n° 33, pour un mode d'encadrement des photographies venant au cliché lui-même et moyens de réaliser cet encadrement dans des conditions pratiques et variées.

126° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 21 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département des Bouches-du-Rhône, par le sicur André (Pierre), rue de Tilsit, no 99, à Marseille, pour un anti-moteur, machine à force virtuelle et motricc.

127° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 8 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur Audibert (Jean-André), fabricant, représenté par le sieur Ricordeau, à Paris, boulevard de Strasbourg, n° 23, pour un procédé de décoration par appliques adhérentes sur toutes étoffes légères.

128° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 23 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Haute-Marne, par le sieur Bacchini (Dominique), agent voyer d'arrondissement, à Vassy, pour un système mixte de chaussée en macadam et fonte, applicable aux routes et surtout aux rues des grandes villes.

129° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 7 mai 1862, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par les sieurs Beluze (Jean-Pierre) et Baux (Jean), représenté par le premier, demeurant à Paris, ruc Baillet, no 3, pour un métier à fabriquer les tissus d'après le système dit façon de l'Inde.

130° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 8 mai 1862 , au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur Cano. ville (Paul-Alfred), négociant en soies, représenté par le sieur Ricordeau, à Paris, boulevard de Strasbourg, n° 23, pour un genre de pelote à bobine céramiqne tubulaire pour les fils de toute nature.

« FöregåendeFortsätt »