Grammaire et dictionnaire abrégés de la langue berbère

Framsida
Imprimerie royale, 1844 - 236 sidor
 

Utvalda sidor

Andra upplagor - Visa alla

Vanliga ord och fraser

Populära avsnitt

Sida 222 - Akka, en deux jours de marche vers le sud, on se rend à Wilt, ville nègre de la dépendance de Temanert. On n'y parle que le berbère. Les richesses des habitants consistent principalement en dattes, que les Arabes viennent y acheter. Ce pays est également très-chaud. De Temanert à Tounbouctou , il n'ya que quinze jours de route, en droite ligne; mais les caravanes aiment mieux se détourner, parce qu'il leur faudrait traverser des terres habitées par des Arabes qui passent pour méchants et...
Sida 218 - Ait-Semlal , en dix heures de marche , vers le sud-ouest , on se rend dans une contrée très-considérable et fort montagneuse qu'on nomme Ait-Hamd. La capitale de cette contrée est Mirlat. Le grand cheikh de ce pays se nomme cheikh Muhammed ou el-Hasan ; le pouvoir suprême est héréditaire dans sa famille. Le pays d'Ait-Hamd est traversé par un fleuve qu'on nomme Ouad-Oualghav. Mirlat est sur la rive occidentale de ce fleuve ; et Tabident, autre ville assez considérable, est sur la rive méridionale....
Sida i - ... demi-siècle, alors que rien ne faisait pressentir l'utilité dont pourrait être un pareil travail. Qu'il me soit permis, à cette occasion, de transcrire ici les expressions dont se servait cet habile et modeste orientaliste dans une note manuscrite, qu'un hasard heureux a fait tomber entre mes mains : « Pour donner à mes lecteurs quelque confiance dans le travail que je leur présente, il est peut-être nécessaire de leur dire la manière dont 1 Je dis : pour ainsi dire, car il a paru dans...
Sida iii - ... à Paris , j'avais reconnu que la langue qu'on parle dans les montagnes de Constantine est, à bien peu de chose près, la même qui est en usage dans les montagnes de Maroc. « Ce dictionnaire n'est point complet ; il y manque plusieurs des mots nécessaires pour exprimer même des choses communes, et il aurait fallu pouvoir remplacer divers mots arabes par les termes équivalents en véritable berbère ; mais mes maîtres les ignoraient.
Sida 217 - Mizighina est un pays de plaine habité par des Chulouhs ; il est du royaume de Sous, qu'on nomme dans le pays Ouad-Sous. Le cheikh qui commande à cette contrée est soumis au sultan et paye tribut; ses enfants et ceux des particuliers de marque sont au service de l'empereur en qualité de cavaliers casernes qu'on nomme mukhazenié, ou hasshah.
Sida 227 - Ils en retirent aussi de l'huile, après l'avoir pilée dans un mortier et l'atoir fait bouillir dans l'eau. L'huile surnage, et ils la ramassent. Cette graine est fort chaude , et on prétend qu'elle augmente les forces maritales. Du fleuve Boutana, on se rend, en trois jours, en tirant vers l'est, à Seghi elHamra. Seghi el-Hamra est un grand fleuve qui va se jeter dans l'Océan, près de la contrée nommée Khaili; les rivières de Wad-Dra-a, de Ouasil, et une branche de la Boutana, viennent se...
Sida 3 - ... puisse se faire entendre. Les Berbères, avant l'islamisme, étaient gouvernés par des rois de la postérité d'Oureb, fils de lounous, fils de Sedghid, fils de Mazigh. GRAMMAIRE BERBÈRE. GRAMMAIRE BERBÈRE. La langue berbère ne possède aucun terme abstrait; c'est l'idiome d'un peuple sauvage qui n'a de mots que pour exprimer ce qu'il voit et ce qu'il palpe.
Sida xiii - ... avoit mis à feu et à sang. Les flammes avoient déjà dévoré une partie du manuscrit, qui, au surplus, n'est qu'un double du manuscrit i 580 de la Bibliothèque impériale. M. Venture, aidé de ces pièces manuscrites et des connoissances qu'il avoit acquises sur les lieux, composa un mémoire très-intéressant sur les Druzes, et y joignit la traduction de leur catéchisme et celle de trois ou ' quatre morceaux tirés du manuscrit qui étoit tombé entre ses mains. Les ayant communiqués...
Sida 227 - C'est un arbre de haute futaie , très-épineux ; les chameaux en mangent les feuilles. Il y vient aussi un arbre qu'on nomme en arabe el-betam; il produit une graine comme celle du -café, mais de couleur bleuâtre; on la mange après l'avoir fait torréfier : ce fruit se nomme habb el-bctam.
Sida ix - Son bisaïeul, André de Venture, marié en 1660, eut cinq garçons de son mariage. Son aïeul, Charles de Venture, était, à vingt ans, capitaine au régiment de Vendôme; il devint commandant des milices de Provence sous le maréchal de Belle-Isle. Marié en 1699, il eut deux fils, dont l'aîné, Jean-Michel, était le père de celui dont nous écrivons la vie. Jean-Michel de Venture , qui avait été interprète à Seyde, fut consul, pour la Suède, en Crimée, de 17^1 à...

Bibliografisk information