Sidor som bilder
PDF
ePub

qui des les premiers tems ont este successivement Viceroys de la Nouvelle france et Terres Circonvoisines, par la Lecture de leurs patentes On verra que Nos Roys se sont Toujours Conservé la Souveraineté des pays qui sont Entre le 309 et Le 50° degré, et qu'ils Nont jamais Consenty que les Anglois y fissent aucun Etablissement et que sy-ils y en ont fait çá esté Malgré la france, que avoit trop d'affaires en Europe pour pouvoir les Empecher, Se reservant Toujours ses droits et la Volonté de les faire Valoir quand Elle en Trouveroit une occasion favorable, ce qui pourroit bien arriver un jour, alors on Verroit que L'on ne s'Empare pas Impunement et par Violence, des Domaines d'un Roy de france et qu'il est assés puissant pour se remettre en pocession Tost ou tard de ce qu'on a Usurpé sur luy, C'est a quoy les Anglois deveroient faire attention, et ce qui devroit les obliger de ne pas mepriser Ny maltraitter La France Comme Ils font.

“La france s'Est encore opposeé aux Usurpations des Anglois Les ayant obligé par le traitté de St Germain En 1632, de restituer a la france Tout ce qu'ils avoient jusqual'ors occupe dans la Nouvelle france, Ils Nont pas cependant Encore fait cette restitution, Mais on leur demande présentement qu'ils la fassent incessammant N'Etant pas juste qu'ils retiennent plus Longtems ce qui ne leur appartient pas, et qu'ils ont promis solennellement de restituer a la france.

“Mais disent Les Anglois Nous sommes Etablis dans La Nouvelle france depuis la Caroline Inclusivement jusqua Quinibequi depuis 1585, jusqua presant 1723. Nous y avons mis quantiteé d'habitans et bastis plusieurs grandes villes. Navons Nous pas prescrit Contre La france par une sy Longue procession."

REPoNsE.

"Non parce que La france sy est Toujours opposeé par les Lettres pattentes qu'Elle a donneés aux Concésionnaires Generaux, aux Lieutenants generaux et aux Viceroys de la Nouvelle france. " Non parce que La france obligea en 1632, par Le traitté de So Germain, Langleterre de luy restituer tous les lieux occupés dans la Nouvelle france par les Anglois, Et que le traitté de Breda en 1667, celuy de Neutralité en 1686, et celuy d'Utrecht en 1713, ne disent rien d'ou on puisse Inferer que la france ait cedé a Langleterre aucune partie de la Nouvelle france, sinon la province de la Cadie selon ses anciennes Limittes, et la seule ville de Port Royal avec ses dépendances ou Banlieüe. Je dis encore que Cette longue possession des anglois, ces Villes baties et ce grand Nombre d'habitans mis par eux dans ces pays Nanéantissent point le droit de la france pour les redemander. . . . " Il y avoit Environ 150 ans que les françois avoient abandonné les postes qu'ils avoient alors sur la Coste du Bresil les Portuguais sy Etablirent aussitost y Mirent quantité d'habitans et y batirent de grandes Villes. Ils ne Croyoient pas cependant que pour cela la france fut dechüe de ses droits de proprieté et de souveraineté sur ces pays abandonnés par Elle depuis 150 ans, puisqua Utrecht en 1713 Le Roy de Portugal demanda au Roy qu'il luy abandonnat ses droits sur ces pays, ce qui Le Roy fit en Consideration du Portugal. " Les Anglois possedoient depuis longues anneés La Jamaique yavoient quantité d'habitans, de forts et de riches Villes, persuadés cependant que les droits de l'Espagne subsisteroient Tant quelle Ny auroit pas renoncé en leur faveur. Ils demanderent a Utrecht Cette renonciation au Roy d'Espagne et il la leur accorda.

* Si les Anglois avoient demandé a la france une Cession de tous ces droits sur les pays occupés par Eux dans la Nouvelle france Il y a apparance que le Roy leur auroit fait cession a des Conditions raisonnables. Ils nont pas demandés cette cession, ou sy ils lont demandeé, elle ne leur a pas esté accordeé les droits de la france subsistent donc Toujours et Elle pretend presentement que les Anglois qui en usent sy mal avec Elle, luy restituënt Tout ce quelle a usurpé dans la Nouvelle france depuis le 30 jusquau 50 degré.”

“Mais disent les Anglois Commant pouvoir restituer un sy vaste pays ou nous avons une Infinité d'habitans et un tres grand nombre de belles et riches villes ? Une Telle restitution N'Est pas practicable."

RESPONSE.

“ Javouë qu'il est bien difficile de sy resoudre même aux personnes qui font profession d'aimer L'Equité et La Justice.

"Mais Le Roy aime trop la nation Angloise, a trop de Consideration pour Elle, desire trop luy faire plaisir, et est trop généreux pour exiger d'Elle une Telle restitution Voulant luy donner Un Exemple de la moderation dont il souhaite que Langleterre use a son Egard.

“Il se désistera Volontiers de tous ces droits et consentira que Toute la Coste jusqua 20 Lieuës dans l'Enfoncement des Terres Depuis le 32 degré jusqua la Rivierre de Quinibequi demeure en toute proprieté et souveraineté a perpetuité a Langleterre a condition quelle Sobligera par un traitté solennel et décisif de ne jamais passer ces limites. Que la france ne sera jamais Inquieté par Langleterre dans la Jouissand en proprieté et souveraineté de Ce qui est au

dela de ces 20 lieuës dans lenfoncement des terres et de Tous les pays qui sont a L'Est de la rivierre de Quinibequi, qui de Ce Costé la servira de Limites aux deux Nations, et que Langleterre rendra a la france Le port Royal et la Cadie avec leurs dependances, Enfin Tout ce que la france luy a Cedé par le traité d'Utrecht sans en rien Excepter.

" Cet offre du Roy doit estre agreable a Langleterre et luy faire plaisir, parceque sy elle l'accepte elle possedera a juste Titre cette grande partie de la Nouvelle france, qu'Elle possedera Toujours injustement sy Elle Naccepte pas un offre sy raisonnable que Luy fait Le Roy qui sans cette acceptation Ne renoncera jamais a ses droits de souveraineté sur une sy grande et sy belle partie de la Nouvelle France, droits que les anglois doivent Craindre qu'il Ne fasse Valoir Tost ou tard, Car si puissante que soit Langleterre, Ils ne doivent pas croire que la france ne luy cede rien en puissance ny en quoy que ce soit, et qu'on ne la meprise et maltraitte pas Impunement.

" Sy Les Anglois ont quelques autres titres et quelques autres raysons a alleguer en leur faveur, sy on me veut faire L'honneur de me les Communiquer, Je moffre d'y repondre d'une maniere a les obliger d' avouër qu'ils ont tort, sils sont de bonne foy et si ils aiment La justice et la paix.

ADDITIoN.

" On vient de me faire voire une carte de la nouvelle france presenté au Roy par les Anglois sur la quelle est tracé par une ligne tout ce qu'ils pretendent en vertu du traitté d'Utrecht.

" Ils y etendent sy loin leurs pretentions dans Les terres, qu'il y a tout lieu de Croire que cette Ligne na pas eté traceé, Ny Cette carte presenteé par ordre et au scû du Sage et judicieux ministre dangleterre, mais par quelqu'Un

que donne a penser qu'il veut broüiller L'angleterre avec La france.

"Ce qui donne encore plus de lieu a avoir de luy cette penseé C'est que le traitté d'Utrecht ayant determiné les Limites des deux Nations pour la pesche, par desairs de vent, quoyque par toutes les nations les airs de vent se tracent en Ligne droite, il les a tracé en Ceintre a L'Est de Lisle de Sable, en quoy il semble avoir Intention de se mocquer de la france et de L'Irriter.

"La prise d'un vaisseau françois dans Le passage de Camceau, La Construction d'un fort a Canceau, Le nom d'albanie donné a la partye de la Nouvelle France qui est entre quinibequi et la ville de Port Royal pays qui n'a point esté Cedé par le traitté d'Utrecht, Les forts Construits, et Les Concessions donneés, Les Nations sauvages, et Les missionnaires maltraités dans ce pays appartenant a la france, ou du moins pretendu et Contesté par Elle.

“ Tout cela pourroit bien Venir de quelque Anglois qui voudroit broüiller les deux Nations. C'est aux Anglois pacifiques a le punir et a la france a sopposer a de telles entreprises jusqu ce que les Limites soient regleés d'Une Maniere Equitable.

“ Collationné et figuré sur une copie de Mémoire ou notte en papier non Signeé ni dattée estant au Secrétariat du Chateau S: Louis de Quebec ou elle est resteé Par Le Notaire Royal en la prevosté de Quebec y resident soussigné ce jourdhuy Vingt cinq Juillet mil sept cent cinquante.

Du LAURENT. “François Bigot, Conseiller du Roy en ses Conseils, Intendant de justice, Police, finances et de la marine en la Nouvelle france.

“ Certifions a tousqu'il appartiendra que M! Dulaurent qui a signé la Collation de L'autre part Est notaire Royal en la prevosté de Quebec Et que foy doit Estre ajouter

VOL. 11. - 18

« FöregåendeFortsätt »