Sidor som bilder
PDF
ePub

PUBLIC LIBRARY

[ocr errors]

PRÉFACE.

PLUSIEURS auteurs arabes du neuvième et du dixième siècles ont fait mention des peuples qui habitaient alors le Caucase et les pays situés au nord de la mer Noire et de la mer Caspienne. Ces notions , quoique très-incomplètes, méritent d'autant plus d'être recueillies que ce sont les seuls renseignements que nous possédions sur plusieurs peuples septentrionaux; car ceux mêmes qui avaient des relations avec l'empire d'Orient, ne sont nommés par les historiens de Byzance, qu'à l'occasion de leurs guerres ou de leurs alliances avec cet empire; aucun de ces historiens ne nous les fait d'ailleurs connaître, et, parmi les ouvrages grecs contemporains, c'est uniquement dans le précieux traité de l'empereur Constantin Porphyrogénète : De lAdministration de l'Empire, qu'on trouve quelques détails sur les: Russes", Tes Patchinakes, les Khazares, et d'autres nations du nord.

Après avoir rangé dans l'ordre qui nous a paru le plus convenable, les notions que contiennent, sur ces peuples demi-barbares, les ouvrages arabes, persans et turcs, que nous avons pu examiner, il nous a semblé que, pour rendre plus fidèlement les narrations souvent naïves et négligées de ces anciens auteurs, il valait mieux les présenter sous la forme d'un voyage. Nous avons supposé qu'un légat du khaliphe, envoyé en 336 (948), au roi des Boulgares du Volga , vassal du chef des croyants, raconte ce qu'il a vu dans les pays qu'il a traversés, et ce qu'il y a ouï dire sur les peuples qui habitaient les contrées du nord. Cette forme de narration nous a permis de conserver les expressions de nos auteurs, et nous nous sommes bornés à coordonner les textes selon les matières, n'ajoutant que quelques mots nécessaires pour leur liaison....!.:::::

On devrait peut-être appliquer à ces écri. vains mahometans le reproche que Strabon fait aux auteurs grees: et latins qui ont parlé des peuplës du nord. 11-blâme leur crédulité ou plutôt leur penchant à publier des fables. « Voyant, dit-il, les succès obtenus par ceux

vain

« qui faisaient profession d'écrire des contes, « ils voulurent plaire aussi, en narrant comme « vraies des choses qu'ils n'avaient ni vues , « ni entendues, non du moins de la bouche « de ceux qui pouvaient les bien connaître, « n'ayant d'autre but que celui d'amuser et « d'étonner par le merveilleux. » (Lib. XI, cap. 6.)

Nous allons donner une analyse succincte des ouvrages manuscrits, cités dans les notoo marginales, qui nous ont fourni des matériaux pour ce voyage.

I. MOUROUDJ UZ - ZÉKÉB U MA’ADIN - ILDjeviéri, jog jokes g mooi zgjo, ou Prairies d'or et mines de pierreries, par l'imam Aboul-Hassan Ali, historien, théologien et jurisconsulte, célèbre sous le nom d'El-Massoudi, Sssenyd!, parce qu'il descendait, à la huitième génération, de Mass'oud, l'un des compagnons de Mahomet. Cet ouvrage, qui fut commencé dans l'année 332 de l’hégire (943-4), et achevé en 336 (947-8), se compose de cent trente chapitres, dont les soixante-sept premiers traitent de l'histoire ancienne, sacrée et profane, de l'histoire de

99

l'Inde et de la Chine, de quelques parties de la géographie, surtout des mers ; des anciennes croyances et pratiques superstitieuses des Arabes, des temples chez plusieurs nations, et des divers calendriers. Le reste du livre est consacré à l'histoire de l'empire mahométan , depuis la naissance du prophète jusqu'à l'époque où l'auteur écrivait. Ce que nous avons rapporté de cet ouvrage est extrait des chapitres suivants :

Chap. 11. De la mer Pontous (PontEuxin), de la mer Maïttous (Palus Meotides), et du détroit de Constantinople.

Chap. 13. Des rois de la Chine, des rois turcs, etc.

Chap. 14. Des mers, de ce qu'elles contiennent ; des peuples qui habitent leurs côtes, etc.

Chap. 15. Des monts Cabokh (Caucase), et des peuples Alan, Sérir, Khazare, Turc et Boulgare; de la Porte des Portes (Derbend), et des rois et nations qui habitent dans le voisinage de cette ville *.

* Une traduction de ce chapitre a été publiée par M. J. Klaproth, dans le premier tome de son Magasin asiatique.

« FöregåendeFortsätt »